Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/470

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


oublions ce petit écu qui nous sépare, vous et moi, comme un abîme ; tenez, je ne vous le rends pas, et je ne le garde pas, je le jette. En même temps d’un bras vigoureux, il lançait la pièce de monnaie dans une mansarde au sixième étage. La pièce alla droit au but ; elle tomba sur le grabat d’un pauvre poète qu’elle réveilla, et qui rêvait qu’il avait faim.

Quand la pièce eut jeté son dernier son: — A présent nous sommes égaux, dit le mendiant, vous avez des habits, et moi des haillons, cela est vrai ; mais vous êtes à pied et j’ai une voiture, cela se compense. Passons donc la nuit ensemble comme deux jeunes amis dont la porte est fermée, et qui veulent oublier les heures en attendant le jour ; aussi bien, je vous le dis en confidence, mon ami, vous frapperiez à votre porte jusqu’à demain et vous appelleriez à votre secours Francœur et tous les violons de l’Opéra, que ce serait peine perdue : votre porte ne s’ouvrirait pas.

Gustave reprit : — Mon cher ami, je veux bien te suivre, mais où diable veux-tu me mener ?

— Oh ! dit l’autre, là-bas, dans la ville, loin de ta maison maussade et de ton fastidieux quartier. Nous allons dans le séjour des plaisirs et du luxe, du vin et des femmes, des boudoirs et des grasses tavernes, dans le séjour des hommes. Viens avec moi, enfant !

— Mon père, dit Gustave, je veux bien être votre ami pour une heure encore, mais par la lune blafarde qui vous éclaire ! et par la lame du roi Christine ! je ne consentirai jamais à mettre mon blason sous ta besace ; ainsi donc ne m’appelle pas ton fils, mon noble père, et même si tu le veux bien, nous abaisserons les stores de ta voiture, crainte d’accident.

Le vieillard ne répondit rien, ils montèrent en voilure, le jeune homme le premier et à la place d’honneur ; et la voiture, qui était arrivée au grand galop, repartit au petit pas.

En chemin, ils eurent une conversation philosophique sur le vice et la vertu, Gustave ne parlait jamais que de cela. Le vieillard laissa parler Gustave tant qu’il voulut. Seulement il hochait la tête de temps à autre : — Hum ! hum ! disait-il, le