Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/454

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mordraient la poussière ; il finit par leur conseiller de se retirer, en les prévenant que de leur décision dépendrait le séjour des blancs dans leur pays ou leur départ pour toujours.

« Un violent débat s’éleva alors parmi les Indiens. Les uns voulaient qu’on retirât la demande des deux blancs, et qu’on exigeât en place plus de marchandises et de munitions. Mais les autres, au contraire, et c’étaient les plus nombreux, ne voulaient rien changer à leurs premières propositions. Bientôt Michel, qui nous traduisait tout ce qu’il entendait, nous avoua qu’il n’y avait plus d’espoir. Tout le monde reçut l’ordre de se préparer au combat. Nos ennemis se divisèrent en deux partis, dont l’un s’avança dans le bois, et l’autre se dispersa derrière les arbres et dans les broussailles, d’où, étant à l’abri, ils pouvaient tirer en sûreté. Par leurs mouvemens, nous jugeâmes qu’ils voulaient nous prendre en flanc. Nous changeâmes de position, et nous nous mîmes sur une seule file à trois pas les uns des autres. MM. Keith et Stewart demandèrent alors leurs fusils.

« Une pause suivit ces préparatifs, mais tout-à-coup un bruit de chevaux se fit entendre, et douze guerriers arrivèrent au galop ; ils s’arrêtèrent au milieu des deux partis et mirent pied à terre. Ils étaient conduits par un jeune chef qui, courant aussitôt vers M. Keith, lui présenta la main de la manière la plus amicale ; son exemple fut suivi à l’instant par ses compagnons. Le jeune guerrier donna ensuite l’ordre aux Indiens de sortir de leurs cachettes, et de comparaître devant lui. Il fut promptement obéi, et ayant pris connaissance de l’affaire, il leur lit un long discours qui dura près de deux heures et finit par ses mots: — Venez, Wallah-Wallah, et vous tous qui m’aimez, fumer avec nous le calumet de paix. La harangue du chef produisit son effet ; tout s’arrangea à l’amiable, et le calumet passa de bouche en bouche des Indiens aux blancs mêlés ensemble.

« Ce jeune chef avait vingt-cinq ans et portait le nom d’Etoile du matin. Il était renommé pour sa bravoure, et dix-neuf chevelures qu’il avait enlevées à des ennemis tués de sa main ornaient le cou de son cheval. M. Keith lui offrit, en récompense