Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/374

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


année la vie à quelques-uns des hommes employés à charger et conduite ces voitures.

M. Dutrochet lit un mémoire sur l’hétérogénéité électrique des substances superposées dans les globules sanguins. On sait que le sang des animaux vertébrés offre de nombreux globules qui nagent isolés dans un fluide albumineux légèrement alcalin. Ces globules sont composés d’un noyau solide, blanchâtre, et d’une enveloppe peu consistante, formée principalement aux dépens de la matière colorante rouge. Quelque temps après que le sang est tiré de la veine, les globules s’agglomèrent, et, se séparant du liquide dans lequel ils étaient d’abord dispersés, forment ce que l’on nomme le caillot. Si l’on prend ce caillot et qu’on le triture dans l’eau, celle-ci retient en suspension la matière rouge de l’enveloppe, tandis que la partie incolore, qui formait le noyau, se dépose promptement. Ayant isolé par ce moyen les deux substances qui, dans les globules du sang, se trouvaient à l’état de superposition, M. Dutrochet annonce leur avoir trouvé une électricité opposée, de sorte que chaque globule, suivant lui, formait ainsi un petit appareil électrique. C’est de l’action de ces appareils, ajoute- t-il, que résulte la répulsion qui, pendant la vie, tient les globules constamment éloignés les uns des autres. Si, une fois que le sang est sorti des vaisseaux, ces mêmes globules, au lieu de se repousser, s’attirent, cela tient, suivant l’auteur, à ce qu’alors il ne se produit plus d’électricité.

M. Pelouse lit une note sur la transformation singulière de l’acide hydrocyanique et des cyanures en ammoniaque et en acide formique. L’auteur résume dans les propositions suivantes les résultats de ses recherches et de celles de quelques autres chimistes.

1° L’acide hydrocyanique est transformé en formiate d’ammoniaque par l’action des acides forts.

2° Une dissolution concentrée de cyanure de potassium, soumise à l’action de la chaleur, se change en ammoniaque et en formiate de potasse.

3° Le même composé à une haute température et sous l’influence d’un excès de potasse donne de l’hydrogène, de l’ammoniaque et du carbonate de potasse.

4° Un excès d’acide muriatique produit avec le cyanure de mercure un chlorure double d’ammoniaque et de mercure, de l’acide formique et très peu d’acide prussique.

5° La formiate d’ammoniaque, soumis à l’action de la chaleur ; se transforme à une température d’environ 150° cent. en eau et eu acide hydrocyanique,

M. Soulange-Bodin lit un mémoire sur les greffes et spécialement sur les greffes herbacées. L’auteur a greffé des tomates sur des tiges de pommes de terre. Les fruits des tomates ont été très abondans, très gros, et ont mûri aussi bien que s’ils étaient venus sur pied franc, et le produit des pommes de terre n’a été ni moins beau, ni moins considérable, de sorte que l’on a obtenu simultanément une double récolte sur une même surface de terrein.

M. Virlet lit une note sur la géologie de l’île de Thermia, une des Cyclades. Le sol de cette île est entièrement formé de roches primitives. Ce qu’il offre de