Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/327

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gens de guerre, l’étendard rouge aux fleurs de lys d’or, flottant dans les airs : c’est la bataille de Cocherel, qui assura le couronnement du nouveau roi, et peut-être sauva la France. L’importance de cette journée, qui valut à Duguesclin l’épée de connétable, était bien connue de nos aïeux. A peine en savons-nous le nom aujourd’hui. Ainsi le temps, sous sa marche pesante, efface et nivelle toutes choses. Dans cinq cents ans, quel effort de mémoire et d’érudition ne faudra-t-il pas, pour comprendre tous les intérêts de gloire, de liberté, de révolution, qui triomphaient avec Napoléon sur le champ de bataille de Marengo ?


ERNEST BEQUET.