Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/305

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Non, monsieur, tout est complet et bien en ordre : d’ailleurs, tout serait inutile pour mon affaire. — Vos avocats sont-ils venus vous visiter ? — Oui, monsieur ; je remercie fort la cour des deux avocats qu’elle a bien voulu me donner ; ils ont toute ma confiance, et j’espère qu’ils diront bien, comme je le leur ai recommandé, que l’intérêt seul de mon pays m’a fait commettre ce crime. — Ainsi, vous n’avez rien de plus à me demander ? — Non, monsieur, sinon qu’on hâte mon jugement autant que possible. » Resté seul avec ses gardiens habituels, il se mit à caresser tranquillement un petit chien noir qui paraissait l’affectionner beaucoup, et tout le reste de la journée, le plus profond silence régna dans le cachot.

Le lendemain, c’était le 1er juin. « Il y a cinq ans, dit-il, qu’à pareil jour, je me mettais en route pour Waterloo : nous étions gais alors, et nous ne doutions pas de la victoire ; mais la trahison nous a vaincus. Nous partions aux cris de vive l’empereur ! en vingt jours tout a été fini... Il fait bien frais aujourd’hui pour un jour de Fête-Dieu. Je suis tout souffrant ; mais j’espère que je serai bientôt transféré au Luxembourg. Je voudrais bien savoir où ils me mettront. Je ne crois pas qu’il y ait de cachot au Luxembourg. Une chambre serait tout aussi bonne qu’une prison. Je ne veux pas me sauver, il y a trop long-temps qu’on me fait attendre. Quand je paraîtrai devant les pairs, je voudrais bien être un peu mieux que je ne suis aujourd’hui. Je serais bien fâché de me troubler devant eux, et de ne point dire les choses comme je le veux. Mais il est possible, tout en gardant mon sang-froid, que le changement d’air et de lieu m’ôte mes forces. En tout cas, ils verront bien qui je suis. »

Il parut devant la Chambre des Pairs dans le costume qu’il avait au jour de son crime. Sa redingote bleue était boutonnée jusqu’au cou, et il portait une cravate noire : son teint était pâle et étiolé, comme celui d’un homme qui sort d’une longue captivité : son maintien était calme et parfaitement assuré. Il supporta sans émotion l’entrée dans une salle où l’attendait la plus vive curiosité, et tous les assistans furent frappés de son air