Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/285

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour commencer son tour de France, n’ayant sur lui que 40 fr. au plus, et laissant toutes ses connaissances et ses compagnons sans leur écrire, réservant toute son affection et ses lettres pour ses deux sœurs.

Jusqu’au moment de son arrestation, il avait conservé avec Thérèse toutes les relations que l’éloignement des lieux ou la bizarrerie de son caractère lui permettait, et, depuis qu’il était revenu se fixer à Paris en 1816, il avait soin d’aller tous les dimanches chercher sa plus jeune sœur, Martiale, qui logeait assez près de lui, pour la conduire à la promenade. Martiale aimait son frère, quoiqu’elle ne partageât ses opinions ni en politique, ni en religion ; mais, connaissant sa susceptibilité sur ces matières, elle évitait de lui en parler, et les instans qu’ils passaient ensemble étaient aussi doux pour elle que pour lui. Quant à Thérèse, qui habitait toujours Versailles, il la voyait plus rarement. Thérèse d’ailleurs trouvait l’humeur de son frère totalement altérée, et souvent elle lui en fît de vifs reproches. « Quand je te vois si sombre et si triste, lui disait-elle, tu m’arraches le cœur ; ta présence me fait trop de mal ; je ne t’invite plus à venir me voir, tu viendras quand tu voudras. » Louvel convenait lui-même de sa tristesse, et il disait à sa sœur que son caractère était dès long-temps changé, et que, depuis son retour de la Rochelle, en 1815, « il ne savait plus ce que c’était que le rire ».

Lorsque Martiale, la plus jeune sœur, apprit le crime de son frère, elle se mit à fondre en larmes, et, dans sa douleur, elle s’écriait: « Ah ! maintenant je comprends son chagrin et sa tristesse continuelle. Voilà donc pourquoi son caractère était si sombre et si concentré ! Mais mon frère, assassin ! ah ! croyez bien qu’il n’a point reçu d’argent: il en est incapable. Non, non, je le connais trop bien : il n’est point assez lâche, pour s’être laissé corrompre. C’est son amour désordonné pour Bonaparte qui l’a poussé là. Quand il parlait de l’empereur, ses yeux brillaient et lançaient des éclairs. Il devait quitter Paris à la fin du mois : c’est ce qui lui a fait hâter son crime ; mais, puisque l’idée de mon désespoir n’a pu le retenir, puisqu’il ne m’écrit pas, je