Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/263

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VOYAGES

ET

AVENTURES SUR MER

DE NARCISSE GELIN,

PARISIEN.




CHAPITRE PREMIER.
Comment Narcisse Gelin eut l’idée de voir la mer, en regardant un moulin à vent.


Narcisse Gelin était un bon jeune homme, bien doux et bien honnête ; son père, Bernard Gelin, qui tenait un magasin de merceries, rue du Cadran, lui fit donner une éducation libérale.

Aussi à dix-neuf ans, trois mois et un jour, Narcisse Gelin ayant terminé sa philosophie, aurait pu, s’il eût voulu, raisonner fort proprement sur l’âme et sur les idées innées ; mais Narcisse préféra ne pas raisonner du tout.

Doué d’une imagination ardente, vagabonde, puissante et