Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/163

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cause. J’embrasse le monde entier et je ne puis rien étreindre. Toutes mes facultés sont bouleversées : mon âme exhale un feu terrible ; des ruisseaux de larmes coulent de mes yeux. Tantôt j’espère, tantôt je me décourage ; quelquefois je dé« lire, d’autres fois ma raison revient. Je suis sur la terre et ma pensée traverse l’espace. En une heure je vis une année ; en mille années je n’en puis trouver une qui me satisfasse. Si quelqu’un me demande pourquoi je suis ainsi, je répondrai que je l’ignore. Je soupçonne cependant, madame, que c’est pour vous avoir vue. »

Une passion si violente et si ingénieuse à-la-fois dut être payée de retour ; mais le rang et la fortune élevaient entre les deux amans une barrière infranchissable. Les parens de sa maîtresse, puissans à la cour, intervinrent, et un ordre d’exil éloigna Camoens de Lisbonne.

La date de ce premier malheur est incertaine [1]. Le poète exhala ses plaintes dans sa troisième élégie :

O sulmonense Ovidio desterrado,

dans laquelle il se représente suivant tristement de l’œil les barques qui sillonnent le Tage. Et, comme ce fleuve, à la hauteur de Santarem, ne peut porter que des bateaux, on en a conclu qu’il fut exilé à Santarem. Cette induction est précipitée. Les vers du’poète peuvent désigner une foule d’autres lieux du Ribatejo [2].

Pendant les deux années que dura son exil, il composa plusieurs sonnets, dont quelques-uns sur les peines de l’absence, et trois comédies, El Rey Seleuco, Filodemo et les Amphitrioes. Il écrivit même dès-lors plusieurs chants des Lusiades, ce poème auquel il rêvait depuis son enfance.

  1. Peut-être 1547.
  2. Le Ribatejo est tout le pays que côtoie le Haut-Tage. Du prétendu exil de Camoens à Sautarem on a conclu sa naissance dans celle ville: ses persécuteurs l’auraient ainsi renvoyé dans ses foyers ; mais ce qui fait la base de cette supposition, l’exil du poêle à Santarem, n’est nullement prouvé.