Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/686

Cette page a été validée par deux contributeurs.
670
REVUE. — CHRONIQUE.
PHILOSOPHIE DU DROIT,
par M. LERMINIER [1].


Le nouvel ouvrage de M. Lerminier a paru depuis deux jours seulement : le temps nous a manqué pour lire attentivement tous les chapitres qu’il a consacrés à la philosophie du droit ; mais nous avons pu du moins saisir nettement le plan et l’ordonnance de son livre, et, hormis quelques détails d’exécution, quelques rapprochemens historiques, que nous n’avons pas eu le loisir de vérifier, nous avons rapporté de cette lecture faite à la hâte, un plaisir sincère et une instruction sérieuse.

Il a fallu, pour concevoir la philosophie du droit, telle que M. Lerminier entreprend de la définir et de la fonder, un courage élevé, une rare érudition, et en même temps une hardie persévérance pour poser et résoudre toutes les questions qu’il a entrevues, et qu’il a nettement acceptées, sans répudier jamais à l’étourdie aucune des conséquences qui s’en pouvaient déduire.

Dans son Introduction générale à l’histoire du droit, il avait tracé a grands traits l’esquisse de la jurisprudence européenne depuis le douzième siècle jusqu’à nos jours, depuis la rénovation du droit romain jusqu’à Napoléon. Dans cet imposant prodrome, on pouvait déjà distinguer en perspective la carrière large et lointaine que l’auteur se proposait de parcourir. Aujourd’hui M. Lerminier, avant d’aborder l’histoire comparée des législations dont l’enseignement spécial lui a été confié, cherche et décrit non pas seulement les relations du droit et de la philosophie, mais bien aussi le sens intime et philosophique du droit. Il a tenté pour la jurisprudence qui, pour la pluralité vulgaire des intelligences, se réduit à la mesquine interprétation des lois écrites, ce que sir Humphrey Davy a tenté pour la chimie, c’est-à-dire, ni plus ni moins, l’exposition générale des principes qui doivent présider à l’institution de toutes les lois, ou du moins à l’aide desquels on peut vérifier leur légitimité réelle, leur force et leur durée, leur sagesse et leur viabilité.

  1. Chez Pantin, Place de la Course.