Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/682

Cette page a été validée par deux contributeurs.
666
REVUE. — CHRONIQUE.

une épée inutile et rouillée suspendue là après un dernier combat il y a cent ans.

La plaidoirie de Me Hennequin a produit une vive impression. Les causes célèbres n’ont pas une seule cause qui approche de celle-là par ses importances, par ses mystères, par ses héros, par le nom du mort, par les noms de ses héritiers. C’est là un procès bien autrement malheureux que celui du National ou des fusils-Gisquet.

Nous vous tiendrons au courant de cette désolante affaire ; c’est le seul roman, blasés que nous sommes ! que nous puissions lire aujourd’hui.

De même que vous voyez finir le nom de Condé, ainsi que vous avez vu finir, il y a quinze jours, la croix d’Honneur ou la pairie, vous voyez finir cette semaine la noblesse en France. Cette semaine, il a été décidé par arrêt, car aujourd’hui tout se formule par décision du tribunal, que ce n’était nullement un délit de prendre le titre de comte ou de duc ou tout autre litre nobiliaire. Désormais sera duc ou marquis qui voudra ; la loi ne vous empêche pas d’être gentilhomme. Autrefois vous achetiez vos titres, aujourd’bui fabriquez-vous vos titres comme vous l’entendrez, et portez-les comme un goujat porte une culotte de hasard. Désormais tout le monde est comte, vicomte, marquis ; c’est un droit naturel : le tribunal n’a rien à y voir, pourvu que vous ne voliez que le titre, pourvu que vous ne soyez pas autrement escroc. Cet arrêt sur la noblesse peut donner la main à l’arrêt sur les charivaris. Il en sera chez nous comme en Angleterre, en Angleterre un titre est une magistrature, une décoration est une affaire d’uniforme ; hors de votre magistrature plus de titre qui vous soit personnel ; en habit bourgeois, plus d’ordre sur votre habit. Cela est bien plus simple et bien plus juste. Aujourd’hui, en fait de noms distingués, je ne sais plus que le nom de Belge, Vilain XIV, qui soit resté un nom noble et à l’abri de toutes les usurpations. Je voudrais savoir si le tribunal condamnerait M. Viennet à quelque amende s’il s’appelait Viennet XIV ? À coup sûr, M. Bonjour pourrait s’appeler impunément le marquis Bonjour.

Dans ces débats si solennels, que pourraient être les débats de la chambre ? À peine s’est-on douté qu’il y avait une chambre des députés. C’est merveille de voir comment passent à la chambre des députés, et sans qu’on y prenne garde, les lois nouvelles ; à