Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/615

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


objections que l’on a faites et que l’on peut trouver encore contre ce système, mais nous persistons à le croire moins défectueux que celui de l’Angleterre. Le choix peut être quelquefois mauvais ; mais l’ancienneté n’a-t-elle pas bien plus de chances fâcheuses pour le corps ? Sur dix officiers-généraux ou capitaines de vaisseau que ferait l’ancienneté, la moitié ne pourrait-elle pas être peu propre aux devoirs de leur nouvel emploi ? Est-il probable que la faveur aille chercher cinq mauvais officiers pour les récompenser spécialement ? En principe rigoureux d’égalité, l’ancienneté est le seul mode vrai ; mais tant que les mérites ne seront pas égaux, tant que les services ne seront pas également bons, tant que les commandemens, les missions ne pourront pas être donnés aux plus anciens, parce qu’il est dans la nature de la formation des cadres par ancienneté, que le hasard y ait une grande influence et ne départe pas les talens aux premiers arrivés dans le corps ; tant qu’il y aura, en un mot, une inégalité réelle tenant aux organisations, aux aptitudes, à la bonne fortune qui met tel plus en évidence qu’un autre, le choix vaudra mieux que l’ancienneté pour les hauts grades. Dans les positions inférieures, l’ancienneté et le choix se partagent également ou par portions de tiers et de deux tiers, le droit à l’avancement ; ce n’est pas le cas d’examiner si la répartition est toujours bien bonne, il faudrait entrer dans des considérations longues, et qui conviendraient mieux ailleurs qu’ici.

Les Américains n’ont point d’amiraux en titre ; ils n’ont que des commodores temporaires, dont les fonctions, le titre et le grade finissent avec la mission qui les a élevés. Le nombre de leurs capitaines de vaisseaux (captains) n’est que de quarante. La marine française en compte quatre-vingt-sept, dont vingt-trois de première classe. Il y en a huit cent cinq en Angleterre. Une ordonnance de mars 1830 porte qu’à l’avenir les quatre-vingt-sept capitaines de vaisseau français seront réduits à soixante-dix.

Nos capitaines de frégate sont au nombre de cent vingt