Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/582

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


îles de corail, choisissent de préférence les situations les plus conformes à leur nature, et celles qui facilitent le mieux le travail de leurs prodigieuses constructions calcaires. Il faut avouer cependant qu’on n’aperçoit aucune trace d’action volcanique dans les constructions étendues où ces petits êtres trouvent à la fois une habitation et un tombeau ; et par exemple, on la chercherait en vain sur l’immense récif de la Barrière qui s’étend le long de la côte orientale de l’Australie. Nous n’en persistons pas moins à croire que les îlots de corail ont pour base des sommités de rochers sous-marins. Les ondulations des lignes qu’ils affectent, tout-à-fait semblables à celles dans la direction desquelles se développent les chaînes de montagnes sur nos cartes, paraissent venir à l’appui de cette opinion. Il en existe un exemple fort remarquable dans un de ces nombreux récifs et îlots de corail qui font partie des Seychelles ; sa forme particulière lui a fait donner le nom de récif du Serpent. Généralement cependant, mais plus spécialement encore dans l’océan Pacifique, les formations de corail sont des îles à lagunes, et paraissent toutes appuyées sur des sommités de rochers volcaniques. L’amiral Krusenstern en compte plus de cent sur une bande qui se prolonge entre 20° et 14° degrés de latitude sud, 134° et 149° de longitude ouest. Beechey visita des îles de corail où des lithophytes vivans étendaient graduellement les limites de leurs créations ; vingt-neuf de ces îles avaient des lagunes au centre, et la plupart se remplissaient rapidement de roches animées.

On peut objecter à l’opinion que nous émettons ici sur l’origine volcanique de toutes ces îles à lagunes, que, dans la plupart d’entre elles, aussi bien que dans le grand récif de la Barrière et autres formations de corail, il n’y a aucune apparence de produits volcaniques, aucune espèce de lave. Mais la présence de produits volcaniques n’est pas absolument nécessaire pour prouver l’existence antérieure d’une action de ce genre. Nous en avons une