Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/498

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
482
littérature.

la rue ; ô galant Attila qu’en dis-tu ?) Je jure que j’y serais encore, s’il ne fût arrivé une aventure qui m’éclaira sur l’ombre amoureuse, comme elle vous éclairera vous-même, je le désire, sur l’ombre politique que vous poursuivez depuis une heure.

CHAPITRE XIV.
Une lettre anglaise.

Jamais la vénérable ville de Londres n’avait étalé avec tant de grâce les charmes de ses vapeurs naturelles et artificielles, et n’avait répandu avec autant de générosité les nuages grisâtres de soir brouillard mêlés aux nuages noirâtres de son charbon de terre ; jamais le soleil n’avait été aussi mat ni aussi plat que le jour où je me trouvai plus tôt que de coutume à la petite boutique de Kitty. Ses deux beaux enfans étaient debout devant la porte de cuivre de la maison. Ils ne jouaient pas, mais se promenaient gravement, les mains derrière le dos, imitant leur père avec un air sérieux cbarmant à voir, placé comme il était sur des joues fraîches, sentant encore le lait, bien roses et bien pures, et sortant du berceau. En entrant, je m’amusai un instant à les regarder faire, et puis je portai la vue sur leur mère. Ma foi, je reculai. C’était la même figure, les mêmes traits réguliers et calmes, mais ce n’était plus Kitty Bell ; c’était sa statue très-ressemblante. Oui, jamais statue de marbre ne fut aussi décolorée ; j’atteste qu’il n’y avait pas sous la peau blanche de sa figure une seule goutte de sang ; ses lèvres étaient presque aussi pâles que le reste, et le feu de la vie ne brûlait que le bord de ses grands yeux. Deux lampes l’éclairaient et disputaient le droit de colorer la chambre à la lueur brumeuse et mourante du jour. Ces lampes, placées à droite et à gauche de sa tète penchée, lui donnaient quelque chose de funéraire dont je fus frappé. Je m’assis eu silence devant le comptoir : elle sourit.

Quelle que soit l’opinion que vous aient donnée sur mon