Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/456

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et que vous soyez trouvé près du cadavre, coupable ou non, vous êtes jeté en prison, et y languissez des années entières, si vous n’avez pas de l’or pour acheter votre délivrance ! On est réellement étonné, en voyant tant de troupes dans la ville, que la police y soit si mal faite.

Il y a à la Havane un grand nombre de vieilles églises, d’architecture mauresque, et entre autres la cathédrale. A côté du maître-autel se voit un bas-relief sur le mur, représentant la tête de Christophe Colomb, entourée d’une couronne ; on dit que ses os sont renfermés dans le mur. Dans un coin d’une autre église est un escalier composé de trente marches très-rapprochées, par lesquelles on monte, et seulement de douze marches plus éloignées pour descendre ; on l’appelle l’escala santa. Celui qui, dans certains jours de l’année, monte cet escalier à genoux, en disant les prières convenables, obtient dix mille ans d’indulgence, dont il est tenu cependant d’acheter les bulles chez monseigneur l’évêque. —. Un brigand, un voleur, un assassin, qui, au moment d’être pris, peut toucher une église, est sauvé. Il se fait donner un certificat par un prêtre, attestant qu’il y est arrivé à temps, et il peut le mettre dans sa poche et se retirer sans crainte. Du reste, il y a dans cette ville force capucins, moines et nonnes.

Notre consul de France, M. le marquis Devins de Peyssac, fut plein de bonté pour moi : il me mena faire quelques visites dans sa volante, car un gentleman marche rarement à pied, et une femme presque jamais. Nous fûmes d’abord chez l’amiral Laborde, commandant toutes les flottes de S. M. C. Nous ne parvînmes jusqu’à lui qu’en traversant une foule d’officiers et de valets.