Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/398

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
386
littérature.

de chapelets d'ambre, nous rentrâmes au camp à la faveur de la première confusion.

Nous fûmes salués à notre entrée, comme cela était dû à des gens de l'avant-garde qui s'étaient battus les premiers, et qui étaient signalés nominativement dans l'ordre du jour.

Seulement on trouva généralement que nous portions avec nous une odeur insupportable, l'essence de roses étant peu connue alors parmi nous.

Le lendemain, nous étions nommés sous-officiers tous les quatre ; Albert était officier tout-à-fait.

Un mois après, j'avais la peste à Jafa.

Le général achevait son récit, quand il sentit quelque chose qui touchait légèrement son épaule ; il se retourna vivement et le visage couvert de rougeur.

C'était son lévrier favori qui, dans un accès de tendresse, lui disait bonsoir.

— Tu m'as fait une horrible peur, Vulcain , dit le général ; j'ai cru que c'était ma fille qui nous écoutait : quelle honte c'eût été pour moi !

Il reprit encore sa pipe, et d'un souffle vigoureux il ranima ses feux éteints.

Je me levai. — Bonsoir, général.

Il me prit la main. — Bonsoir, mon enfant.

Je sortais ; il me rappela.

— Fais-moi le plaisir, Jules, de couper ta barbe et tes moustaches ; fais-moi le plaisir de ne plus mettre de gants jaunes, et de ne plus porter de lorgnon : veux tu?

Nous avions de si belles moustaches, nous autres, dans l'armée, et une barbe si noire et de si bons yeux, que toutes vos moustaches, et vos gants jaunes, et votre barbe, et vos lorgnons, me font pitié.