Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/361

Cette page a été validée par deux contributeurs.
349
RÉVOLUTIONS DU BRÉSIL.

ou anéantie ; les estancias [1] furent détruites ; des étendues de terrain, qui formeraient presque des provinces, n’offrent aujourd’hui que des chardons [2], et où paissaient d’innombrables bestiaux, l’on ne voit plus que des bandes de chiens marons, des troupes de cerfs, des autruches et de féroces jaguars.


Aug. de Saint-Hilaire



  1. Propriétés rurales, accompagnées de bâtimens d’exploitation.
  2. Le cardon de nos potagers, sans doute, apporté originairement d’Europe comme légume.