Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/310

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
298
littérature.

Soudain je fus saisi d’un frisson... —

Ce pauvre cheval ! je le reconnaissais à n’en pas douter ; c’était bien le même : — il avait sur le front et sur le cou, du côté gauche, deux petites taches blanches en forme d’étoile ; du reste, il était tout noir, à tous crins. — Oh ! oui, c’était bien le même ! —

C’était un cheval de race, un cheval anglais, dont la jeunesse avait dû être heureuse et brillante ; mais ayant vieilli, de cheval de luxe il était devenu cheval de louage.

Il n’y avait pas huit jours , je l’avais pris pour aller à Tolède ; et, bien qu’il ne lui restât, guère de forces, bien que ce fût une longue et pénible route, pour aller, pour revenir, il avait fait tant d’efforts ! il avait eu tant de courage ! courant presque sans cesse au galop pour suivre le trot des jeunes et forts chevaux andalous de mes compagnons, et ne me point laisser en arrière !

Oh ! oui, c’était bien le même ! — Nous avions été comme deux amis pendant toute cette route ; je m’en souvenais encore, — deux vrais amis : lui, m’ayant vite reconnu pauvre cavalier, et quand venait quelque fossé, quelque ruisseau, ne profitant d’aucun de ses avantages pour m’y jeter et me laisser là ; moi, tout reconnaissant de sa docile bonté, lui laissant de temps à autre quelque répit, souffrant qu’il mangeât un peu de la belle herbe fraîche qui bordait le chemin. — Nous avions été de bons amis, de bons camarades de voyage.—

Puis, lorsque nous arrivions à Tolède, après avoir traversé le pont d’Alcantara, au pied de ces rues à pic qu’il fallait gravir, accablé de lassitude, inondé de sueur, tout haletant, il avait été sur le point de s’abattre ; — pourtant il avait su trouver assez de force encore pour me porter au haut de la ville, mais une fois entré dans l’écurie, il s’était couché sur la paille, sans en bouger pendant trois jours ; et moi, sans pitié, lorsque nous étions repartis, je l’avais fait seller pour me ramener, et nous avions encore galopé huit heures et sans repos, au grand soleil.