Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/289

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ministère de la parole. J’avoue au reste que je m’étais fait une idée plus juste de la majestueuse grandeur du mont Saint-Bernard, que de l’ineffable bonté de ses pieux solitaires. J’étais parti muni de lettres de recommandation, auxquelles j’attachais beaucoup de prix, et je fus interrompu à la première parole. Qu’importaient mon nom et ma position dans la société? N’étais-je pas homme et voyageur?

Il y a certainement peu de scènes plus extraordinaires que celle que présente le banquet hospitalier du couvent. C’est à douze cent cinquante toises au-dessus de la mer qu’est placée la salle du festin : une table servie avec abondance, avec propreté, avec une sorte de recherche, réunit des convives de tous les pays, de tous les états, de toutes les religions, assurés du même accueil, autour de mets variés dont il a fallu s’approvisionner à grands frais ; car j’ai déjà dit que rien de ce qui est à l’usage de la vie ne croit et n’existe au sommet du mont Saint-Bernard. Les poissons des températures les plus rigoureuses sont morts dans son lac glacé ; les plantes de la constitution la plus robuste ont péri sous les vitreaux préservateurs, sur le terreau nourricier apporté de la vallée. Cette année même, la gelée du 5 août a détruit la dernière espérance de cette végétation artificielle, et ces essais d’une industrie impuissante à tromper la nature ne se renouvelleront peut-être plus.

L’église est plus ornée, et puisqu’il faut se servir de cette expression, plus jolie qu’on n’oserait le désirer ou le craindre dans ces austères solitudes, où la grandeur de Dieu apparaît revêtue de tant de majesté et de terreurs ; mais nous approchons de l’Italie, et le goût de ce peuple amoureux d’images et de décorations commence à se trahir dans ses édifices. Celui-ci n’a de digne d’être vu que le monument du général Desaix ; mais la terre entière ne possède pas un monument historique plus remarquable par sa position. On dirait que la Providence a voulu marquer le point culminant de nos succès et de notre gloire en y laissant un tombeau.

Ce n’était pas à moi qu’il appartenait de décrire l’effet