Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/26

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’enlèvement du canot et des hommes qui le montaient avait été entièrement dirigé par Tahofa, et exécuté par ses guerriers. M. Faraguet était cependant tombé au pouvoir de Touï-Hala, fils d’un guerrier de Fidgi et d’une sœur de Palou. À cela près des violences du premier moment, ce chef n’avait eu que de bons procédés pour son captif, et lui avait même restitué une partie de ses hardes, dont il s’était d’abord emparé. Quand ils arrivèrent à Moua, ils rencontrèrent Singleton, qui conduisit M. Faraguet chez Palou ; celui-ci lui fit beaucoup d’amitiés, et employa tous les moyens de persuasion pour déterminer M. Faraguet à demeurer avec lui, affirmant que l’Astrolabe était tombée au pouvoir de Tahofa, qui y avait mis le feu, et m’avait tué. Pour preuve de ce qu’il avançait, Palou montrait les colonnes de fumée qui s’élevaient en ce moment même des villages incendiés par les Français. Toute la soirée, ce chef s’efforça d’amener son prisonnier à céder à ses désirs ; mais voyant que celui-ci restait insensible à ses prières, il lui promit de le reconduire à bord le jour suivant, et l’envoya coucher dans l’appartement de Singleton.

Le lendemain, Palou, après avoir inutilement réitéré ses instances près de son captif, le fit escorter de ses guerriers, et l’amena lui-même à Mafanga où se trouvaient déjà Tahofa et plusieurs autres chefs à la tête de leurs combattans. Il y eut un grand kava dont Toubo fut le président, et où M. Faraguet prit place près de Palou. Là on discuta assez long-temps et avec chaleur ; on demanda de nouveau à M. Faraguet s’il voulait retourner à bord ; sur sa réponse affirmative, il y eut de longs débats à la suite desquels il fut enfin arrêté que M. Faraguet serait reconduit à bord de l’Astrolabe. Mais aucun naturel n’osa se charger de cette mission, et elle fut confiée aux deux Européens. Avant de laisser partir M. Faraguet, Palou lui fit à plusieurs reprises la recommandation suivante en propres termes : Speak captain, give koula Palou, « parle au capitaine, pour qu’il donne des colliers à Palou ; » car il faut savoir que ce brave chef était fort avide de ces or-