Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/250

Cette page a été validée par deux contributeurs.


la science et la sagesse tant vantée des anciens Égyptiens. Ce système, que rejette M. Champollion jeune, semble être adopté par M. de Sacy, dans le Journal des Savans. Notre voyageur a donné l’explication de l’écriture cludiforme, de son alphabet, et de plusieurs inscriptions qu’il a découvertes dans les ruines de Babylone, Bagistana et Persépolis. Mais toutes ces choses appartiennent à la haute science ; nous ne voyons en M. de Rienzi que le voyageur, nous laisserons l’orientaliste à M. de Sacy ; vous verrez que pour l’intérêt, pour l’instruction, le voyageur nous suffira.

Nous allons donc profiter de notre mieux de cette vie tout entière, employée à étudier tout ce qu’un homme peut savoir. Après douze ans de voyages dans l’Orient, M. de Rienzi nous revient chargé d’expériences, de découvertes, plein de souvenirs curieux, de faits inconnus ; écrivain élégant et clair, narrateur sans faste, voyageur sans exagération, historien nullement romanesque, homme de sens, homme de goût, éprouvé par bien des fortunes diverses, tour à tour Arabe, Tartare, Grec, Égyptien, Italien d’abord, Français avant tout, homme de cœur. Il faudrait de pareils hommes et de pareils courages à cette belle colonie d’Alger, qui nous a tant coûté, et qui nous échappe chaque jour, entourée qu’elle est de Cabaïles féroces et d’Arabes fanatiques ; Alger qui devait nous ouvrir un si admirable chemin au commerce de l’Afrique, Alger fermé désormais aux caravanes de Nigritie et de Temboctou.


Le Directeur de la Revue