Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/194

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VI.

Continuation de l’Histoire que fit le Docteur noir.

— Tout à coup la bouche de mademoiselle de Coulanges s’entr’ouvrit, et il sortit de sa poitrine adorable un cri perçant et flûte qui réveilla Louis XV le bien-aimé.

— O ma déité, qu’avez-vous ? s’écria-t-il, en étendant vers elle ses deux mains et ses deux manchettes de dentelles.

Les deux jolis pieds de la plus parfaite des maîtresses tombèrent du sopha, et coururent au bout de la chambre avec une vitesse bien surprenante, lorsque l’on considère par quels talons ils étaient empêchés.

Le monarque se leva avec dignité, et mit la main sur la garde damasquinée de son épée ; il la tira à demi, dans le premier mouvement, et chercha l’ennemi autour de lui. La jolie tête de mademoiselle de Coulanges se trouva renversée sur le jabot du prince, ses cheveux blonds s’y répandirent avec un nuage léger de poudre odoriférante.

— J’ai cru voir, dit sa douce voix...

— Ah ! je sais, je sais, ma belle... dit le roi les larmes aux yeux, tout en souriant avec tendresse, et jouant avec les boucles de la tète languissante et parfumée ; je sais ce que vous voulez dire. Vous êtes une petite folle.

— Non vraiment, dit-elle ; votre médecin sait bien qu’il y en a qui enragent.

— On le fera venir, dit le roi ; mais quand cela serait, voyons... l’enfant, ajouta-t-il en lui tapant sur la joue comme à une petite fille ; quand cela serait, leur croyez-vous la bouche assez grande pour vous mordre ?

— Oui, oui, je le crois, et j’en souffre à la mort, dirent les lèvres roses de mademoiselle de Coulanges ; et ses deux beaux yeux se mirent en devoir de se lever au ciel et de laisser échapper deux larmes. Il en tomba une de chaque côté :