Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/49

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MORT DU CAPITAINE GEORGES POWELL


Nous nous étions empressés, dès notre arrivée à la Nouvelle-Galles, de lier connaissance avec les navigateurs anglais qui avaient exécuté d’intéressans voyages vers des contrées peu connues. De précieux renseignemens ainsi obtenus, et destinés, sans nous, à tomber dans l’oubli, peuvent être considérés, sous certains rapports, comme des conquêtes du voyage de la Coquille. Nous nous faisons un plaisir de citer plusieurs noms pour acquitter notre reconnaissance et provoquer celle des géographes. Le capitaine Nicholson, directeur de l’arsenal, avait commandé l’Haweis, construit à Eimeo par les missionnaires protestans. Sur ce premier navire sorti des chantiers de la Polynésie australe, il avait fait le cabotage de ses îles et découvert deux bancs fort dangereux en s’avançant vers le Port-Jackson. Il nous fit connaître M. Beveridge qui, ayant rapporté de sa captivité de Verdun une opinion très-favorable des Français s’empressa de nous communiquer les remarques qu’il avait faites à bord du trois-mâts le Saint-Michael, sur l’hydrographie des îles Tonga, et les mauvaises dispositions des naturels, si mal si mal appréciés par