Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/481

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dans la première de ces villes, on a continué à déblayer la grande rue principale, au nord du Forum. Deux maisons assez étendues, situées sur la gauche de cette rue, ont particulièrement fixé notre attention. Elles sont riches, élégantes, et remarquables l’une et l’autre par des fontaines qui en font le principal ornement. Ces fontaines, placées vis-à-vis la porte d’entrée, sont construites avec goût : aux deux côtés du conduit qui amène l’eau dans leur bassin, on a placé des masques d’Hercule perforés, et construits de manière à projeter l’éclat des lumières qu’ils contenaient sur les eaux jaillissantes. Cette combinaison devait produire le plus heureux effet.

Un peu plus haut, sur la droite de la même rue et à l’angle de la rue de Mercure, est un lupanar qui servait en même temps de taverne. On voit sur quelques-unes de ses fresques des hommes déposant à terre des outres de vin. Les peintures que renferme la partie secrète de la maison sont également analogues à sa destination, et d’une révoltante obscénité l’une d’elles est si extraordinaire, et donne une telle idée du raffinement de débauche auquel étaient parvenus les Romains, que je ne puis me dispenser de vous la faire connaître. Elle représente une femme placée sur des ressorts destinés à donner plus d’agilité à ses mouvemens et si la position des deux personnages dont se compose le tableau n’était d’ailleurs assez significative, les mots IMPELLE LENTE, que l’artiste a placés dans la bouche de cette femme ne laisseraient aucun doute sur ses dispositions. Un grand nombre de peintures de ce genre, placées à quatre ou cinq pieds au-dessus du sol, entourent l’appartement.

Précisément à l’angle opposé de la même rue, on a découvert un fort beau palais, sans contredit la plus remarquable des habitations particulières de Pompéi ; car, vous le savez, messieurs, les anciens, plus avancés que nous sous ce rapport en économie politique, avaient la sage habitude de construire les demeures privées sur une très-petite échelle, tandis que les édifices publics étaient, même dans les villes