Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/466

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aime à entourer un joli col blanc, d’une chevelure soyeuse et dorée, qui se joue sur des veines d’azur.

On aime à clore sous un baiser les paupières roses, les longs cils d’un œil bleu, doux et riant comme le ciel de mai.

On aime autant, je le sais, la pourpre et les perles incrustées dans l’ivoire que dans l’ébène.

On aime ce maintien timide, cette allure modeste qui font si doucement tressaillir une robe de vierge… On aime encore à voir un petit pied au travers de la légère broderie d’un bas de soie encadré dans un satin noir et lustré.

Mais pourquoi dire anathème, cordieu, sur ces beautés noires et fougueuses comme une cavale africaine, farouches et emportées comme une jeune tigresse…

Oh ! si vous les aviez vues parées pour le harem d’lbrahim, avec leurs voiles rouges tressés d’argent, leurs anneaux d’or, leurs chaînes de pierreries qui étincelaient sur le sombre émail de leur peau…, comme un éclair au milieu d’une obscure nuée d’orage.

Oh ! si vous les aviez vues, furieuses, échevelées, Les narines sifflantes, le sein dressé, ouvrir, fermer à demi, et ouvrir encore des yeux nageans, qui regardent sans voir, et dardent au hasard un long jet de flamme…

Si vous aviez senti leurs délirantes morsures, entendu leurs cris de rage convulsifs… Si…

Ah ! mon Dieu ! j’oubliais mon grand-oncle le chanoine, un bien saint homme ! et le capitaine Brulart…

En somme, il s’était sans doute fait à lui-même cette comparaison (que je lui emprunte, croyez-le, je vous prie), des beautés noires et des beautés blanches ; car il dit à Cartahut : « Mène là-haut, ces deux cocottes ; » et autant pour les réveiller que pour les désigner, il donna à chacune un coup de son bâton…

L’effet fut aussi prompt qu’il l’avait espéré, Cartahut ouvrit le cadenas, et les chassa devant lui, toutes tristes, toutes honteuses, et à moitié nues ; les pauvres filles ! ..

Et en les voyant monter les étroites marches de l’échelle,