Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/436

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


blanche, nouée en cordon aux bouts flottans, qui soutenait à peine le collet blanc de sa chemise. Tout cet ajustement était d’une propreté recherchée, délicate, minutieuse, qui distinguait, en général, les jacobins de haut étage, et qui, parmi eux, comme ce faste et cette profusion d’ornemens qu’étale le chef d’une tribu d’anthropophages, établissait encore une sorte d’aristocratie. Son frac long, flottant, d’une étoffe de drap fine et légère, était d’une couleur de sang dont la vivacité blessait l’œil ; et ce n’est pas ici une combinaison d’écrivain, préparée pour l’effet : j’en atteste cent témoins vivans qui n’ont pas oublié que cet habit de sang était son habit de gala. Quelque chose de plus blanc que le linge coquet de Dumas, c’était sa tête allongée, osseuse, empreinte, comme celle d’un anachorète, de la pâleur des macérations et des veilles, et dont les saillies fortement prononcées supportaient je ne sais quelles chairs livides qui lui donnaient l’aspect d’une goule affamée. Sa bouche était large, ses yeux petits et enfoncés, mais perçans et peut-être noirs ; ses cils, ses sourcils, ses cheveux rouges. Il n’y avait rien en lui qui révélait positivement l’homme que la société a formé ; mais il n’y avait rien en lui d’ordinaire, et c’est peut-être ce qui fixa ma curiosité sur cette créature d’exception, dont les nomenclatures des naturalistes qui occupaient exclusivement mes premières études ne m’avaient jamais présenté l’analogue inconnu. Tout à coup ses lèvres pincées se désunirent comme par l’effet du ressort musculaire qui contracte quelquefois la bouche écumante du boa ; et, d’un ton éclatant, mais aigre et métallique, il s’exprima ainsi (je réponds encore de l’exactitude du texte, comme si je l’avais sténographié) :

« Républicains, l’accueil que vous m’avez fait m’a profondément touché ; l’indignation qui a parcouru vos rangs patriotiques au nom de Dumas, est un hommage à la patrie. Si le sang qui m’est commun avec ce traître pouvait expier ses attentats, j’ouvrirais à l’instant mes veines devant vous. La proscription dont je suis frappé dans le Jura