Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/423

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aussi au Canada un bon nombre de membres de l’église établie ; mais la majorité des protestans est de la communion d’Ecosse, ou appartient à quelque autre secte de dissidens L’acte de 1791 enjoignait au gouverneur de réserver, dans la division des comtés, une certaine portion de terres qui devait servir à l’entretien du clergé protestant. Cette répartition fut faite ; mais depuis des obstacles s’étant opposés au défrichement et la culture de ces lots, non-seulement ils restèrent pour la plupart improductif mais, placés au centre des établissemens, ils en obstruaient l’accès et nuisaient considérablement aux propriétés voisines. Le comité conseilla de vendre ou d’affermer ces terres, à la condition de les cultiver, et de laisser chaque communion pourvoir aux besoins de ces ministres. Les mêmes raisons décidèrent le comité à recommander la réorganisation de l’université du collège du roi, à York. Les réglemens actuels de cette institution exigent que le chancelier, le président et les agrégés souscrivent les trente-neuf articles de foi de la religion protestante avant d’être admis. Le comité proposa de nommer deux professeurs de théologie, l’un de l’église d’Angleterre et l’autre de celle d’Ecosse, et