Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/409

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le premier qui se présente sur les hustings passe en revue les principales actions de la vie de ses adversaires, et si leurs pères ou leurs mères ont été peu scrupuleux sur l’article de l’honneur ; il ne manque pas d’en informer l’assemblée ; mais cela, avec toute la bonhomie imaginable, et dans les termes les moins équivoques et les plus révoltans. Son antagoniste use, à son tour, de représailles, et accable de ses diatribes scandaleuses, et le candidat qui a eu le premier l’audace de jeter le gant, et tous les individus, présens ou absens, qui ont le malheur de tenir à l’imprudent orateur par les liens de la parenté, même la plus éloignée. Le soir, toutefois, ils se réunissent pour dîner et boire du whiskey, comme si de rien n’était, et sont les meilleurs amis du monde. » On sent bien que des législateurs de cette espèce n’abandonneraient pas leur commerce pour vaquer aux affaires publiques, si on ne leur en fournissait les moyens : aussi leur alloue-t-on 2 dollars par jour durant la session, et 10 shellings par chaque vingt milles qu’ils ont à parcourir pour se rendre à leur poste ou s’en retourner chez eux.

Le code criminel d’Angleterre est en vigueur dans les deux provinces, et les cours de justice y sont organisées de la même manière que celles du royaume-uni.

Dans le Bas-Canada, les lois sont appliquées, en première instance, par deux chefs de justice, six juges, un procureur et un avocat général ; par deux juges provinciaux nommés, l’un pour le district des Trois-Rivières, et l’autre pour celui du Gaspé inférieur, et enfin par un juge de la vice-amirauté résidant à Québec, il a en outre un tribunal d’appel, sous la présidence du gouverneur, lequel se compose du lieutenant-gouverneur,