Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/319

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous étions à peu près à un mille ; mais ce qu’on en voyait de dessus le pont n’offrait pas un spectacle bien riant. Au pied de montagnes couvertes de rochers s’élevaient une centaine de maisons de bois, sombres, basses, et d’un triste aspect. Un petit clocher se distinguait sur l’église, à côté d’une maison d’assez bonne apparence, qui, nous dit-on, était le palais du gouverneur ; mais pas le moindre mouvement dans la rue, personne dehors, et on ne voyait dans le port que cinq ou six bricks. Quelle que fût cependant la terre où j’abordais, j’étais fort impatient d’y descendre.

L’installation de M. Brue, le nouveau gouverneur, eut lieu le lendemain ; il partit à midi de la corvette avec le commandant, et cinq coups de canon, tirés de la ville, y annoncèrent son arrivée. La Cérès y répondit aussitôt. Il fut reçu avec toute la pompe qu’on pouvait attendre à Saint-Pierre, et le pavillon fut hissé au gouvernement et sur tous les bâtimens du port.

Voici comment Cassini décrivait en 1778 les îles de Saint-Pierre et Miquelon, lorsqu’il détermina la latitude du bourg de Saint-Pierre : « Saint-Pierre est une petite île, sa plus grande longueur peut être de deux lieues ; Miquelon est un peu plus grande. Saint-Pierre cependant est le chef-lieu de la colonie. La sûreté de son port y attire un grand nombre de bâtimens, et c’est probablement la seule raison qui a décidé le gouverneur français à y fixer sa résidence, car j’ai entendu dire que Miquelon était plus agréable. Je me suis quelquefois promené dans l’intérieur pour