Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NECROLOGIE DE 1830


Dans l’avant-propos de son éloquente note sur la Grèce, M. de Châteaubriand fait remarquer avec quelle effrayante rapidité se retirent les personnages du grand drame qui, depuis quarante ans, se joue sous nos yeux. Cette triste réflexion d’un homme de génie devient plus affligeante encore lorsque l’on reconnaît combien de noms célèbres ou distingués ont été rayés de la liste des vivans dans le court espace d’une seule année.

Pie VIII, George IV, François Ier de Naples, et Charlotte-Joachime, reine douairière de Portugal, doivent paraître les premiers dans cette revue funèbre. Autour d’eux se pressent plusieurs princes : le dernier des Condés, le jeune infant d’Espagne Philippe-Édouard-Marie, la duchesse douairière de Saxe-Weimar Eisenach, le grand-duc de Bade, le duc Guillaume de Wurtemberg, le duc d’Anhalt Coethen, Louis X, grand-duc de Hesse-Darmstadt, et les landgraves Chrétien et Charles-George de Hesse.

La Chambre des Pairs a rendu les derniers hommages à seize de ses membres : le duc de Bourbon, prince de Condé [1] ; le maréchal marquis Gouvion-Saint-Cyr, le cardinal de

  1. Les noms imprimés en caractère italiques indiquent les répétitions nécessitées pour la subdivision de cette revue.