Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/257

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pluies, survenues depuis, ayant miné le sol sur lequel il reposait, ces deux quartiers avaient dû s’en détacher.


ASIE. — Le capitaine Mignan a publié dans les journaux de Bombay un nouveau projet de communication par les bateaux à vapeur, entre l’Angleterre et l’Inde, par le golfe Persique. Suivant M. Mignan, un bâtiment à vapeur pourrait exécuter le trajet de Bombay à Bassorah, et gagner même la barre du fleuve dans l’espace de douze jours ; de là un navire à voiles ou un petit bâtiment à vapeur tirant cinq pieds d’eau (les grands paquebots de Rotterdam n’en tirent pas davantage) irait en huit jours à Beles, sur l’Euphrate, d’où la distance par terre à Antioche, en passant par ALep, est seulement de cent vingt lieues, par une route excellente ; d’Antioche à Londres il ne faudrait que quinze jours, de sorte que le voyage de l’Inde en Angleterre pourrait se faire en cinq semaines.

Un navire arabe arrive dernièrement à Bombay, de la mer Rouge, y a apporté deux cent cinquante balles de fil de coton apprêté sortant des filatures qu’Ali-Pacha possède auprès du Caire. Il en a expédié en outre cinq cents balles à Surate, mille à Calcutta, et il a, dit-on, l’intention d’y envoyer l’année prochaine des draps longs, des madapollams, etc., provenant de ses manufactures, où il a déjà établi plusieurs métiers mus par la vapeur.


ÉTATS-UNIS. — Deux voyageurs américains, MM. Smith et Jackson sont revenus le 7 octobre 1830 à Saint-Louis (Missouri), d’un voyage de découverte dans la partie occidentale de l’Amérique du nord. Ils avaient quitté les montagnes Rocheuses au commencement d’août, et ramenaient deux chariots à quatre roues qu’on leur avait expédiés au printemps, et qu’ils rencontrèrent près de ces montagnes. Ces voyageurs ont rapporté une quantité considérable de fourrures, dont la vente les indemnisera amplement de leurs avances et de leurs fatigues. Ils n’ont éprouvé dans