Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/133

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tant la vue sur les villages environnans, Torfou, la Buffières, Tiffauge et Boussay : C’est bien ; et tout cela brûlait et formait à l’horizon un cercle de flammes… lorsque Kléber fit retentir, sur le front d’une masse de 35,000 baïonnettes, le mot : « halte, en bataille ! » car, outre le bruit de l’incendie, un autre bruit sourd, comme celui de feuilles froissées, de branches rompues, se faisait entendre, se rapprochant toujours, sans qu’on aperçût rien sur les routes qui aboutissaient au centre de la forêt : c’est que les Vendéens venaient par cette forêt, qui leur était connue, lentement, car tantôt ils étaient obligés de ramper, tantôt d’ouvrir un passage avec leurs sabres ; mais ils approchaient, se resserrant toujours, et chaque minute diminuait la distance qui se trouvait entre eux et leurs ennemis. Enfin ils arrivèrent si près de la lisière du bois, que tous purent voir à portée de fusil l’armée inquiète, mais ferme, et que chacun eut la faculté d’y choisir son homme et tirer. Tout à coup la mousqueterie pétilla sur un cercle de trois-quarts de lieue, s’éteignit, se ralluma encore, sans qu’on sût contre qui, ni comment il fallait se défendre.

« Les Vendéens voulurent profiter de ce moment de désordre ; chacun alors s’élança dans les routes pour charger les bleus ; 48,000 hommes en attaquaient 35,000 de quatre côtés différens, ayant pour eux la connaissance des localités, la défense de Dieu, et la conservation des foyers. Chacun des chefs dont le nom est inscrit sur la colonne se présentait par la route à laquelle aujourd’hui son nom fait face.

« Au moment où les soldats purent apercevoir l’ennemi, le courage leur revint. « Allons, mes braves, dit Kléber en se jetant à leur tête, donnons à ces b…-là une indigestion de plomb et d’acier ; » et il se rua au hasard sur l’un de ces quatre chemins, rencontra le corps d’armée de Lescure, le brisa comme du verre ; et tandis que celui-ci, à pied, un fusil à la main, ralliait les habitans des Aubiers, de Courlé et des Échaubouaigues, il court à l’arrière-garde, qui avait suivi son mouvement, et qu’entouraient les trois corps réu-