Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 1.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


recevra aucun dommage ; nous avons grand contentement à la voir et à le connaître. Ce que nous désirons depuis tant de jours est enfin accompli selon notre désir : nous sommes arrivés à Mexico son habitation, nous aurons le temps de nous voir et de nous parler. » Aussitôt don Hernando Cortès prit la main de Montezuma, et ils s’en furent ensemble aux maisons royales.

« Les chefs qui se trouvaient présens étaient les suivans : le seigneur de Tezcuco, qui s’appelait Camatzin ; le seigneur de Tlacupan, qu’on nommait Tetlepanquetzatzin ; le gouverneur de Tlatilulco Ytzquauhtzin, et le majordome de Montezuma, qu’on appelait Topantemoctzin, et qu’il avait placé à Tlatilulco. C’étaient les principaux, sans compter d’autres chefs inférieurs, tels que Atlixcatzintacatecatl, Tpoatzintacochcacatl Quetzalaztatzinticociaoacatl, Totomochzinhecatempalitzin et Quappiatzin. Quand Montezuma dvint prisonnier, tous l’abandonnèrent, et s’en furent se cacher. »


FERDINAND DENIS.