Ouvrir le menu principal

Page:Revue de métaphysique et de morale - 26.djvu/390

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il est à remarquer que M. Goblot veut réduire l'inférence , , donc , au syllogisme suivant :

« Si p est vrai, q est vrai ;
Or telle raison prouve que q est vrai ;
Donc cette même raison prouve que q est vrai. » (P. 245.)

Mais que veut dire « cette raison prouve q » ? (1), qu'elle implique q (2), qu'elle est vraie. Nous voulons affirmer que q est vrai. Comment faire ? On retombe sur l'inférence du début.

Abordons maintenant la partie capitale de l'ouvrage, la théorie du raisonnement déductif. Son trait le plus marquant, peut-être, est une large conception génétique. La déduction est le terme de révolution de l'expérience ; elle reste une expérience mentale, bien qu'elle ait atteint la rigueur. « Démontrer, c'est construire.... Pour démontrer qu'une hypothèse entraîne une conséquence, on construit la conséquence avec l'hypothèse. Les opérations constructives ne sont pas des opérations de l'esprit, mais des opérations exécutées mentalement. En leur essence elles sont des actions externes, par exemple des mouvements.... Ce qui caractérise le raisonnement c'est que ces opérations ne sont exécutées que mentalement, et la constatation empirique y est remplacée par la constatation logique du résultat. » « Le raisonnement consiste aussi l'exécuter mentalement des opérations d'agents naturels, par exemple le soulèvement d'une colonne de mercure par la pression d'un gaz, la décomposition d'un corps par l'action électrolytique, etc., et aussi des opérations d'agents intelligents, par exemple la réduction de la demande par l'effet de la concurrence ; même des opérations tout intérieures et psychologiques, comme lorsqu'un juge apprécie les mobiles d'un crime ; enfin, des raisonnements, comme lorsqu'un historien de la philosophie reconnaît qu'une lacune, une incohérence, une obscurité ou une confusion rend un système instable et doit nécessairement en amener un remaniement ou provoquer une réaction » (p. 274). Il n'est pas besoin de faire remarquer l'intérêt très grand de ces passages pour l'histoire de la raison. Comment s'accordent, à l'analyse, le caractère expérimental qu'elle conserve de ses origines, et la rigueur démonstrative qui est sa dernière acquisition ?

On ne démontre qu'en opérant ; or, une opération ne peut être exécutée, même mentalement, que sur une représentation singulière (p. 264). Tantôt, comme en géométrie, c'est la représentation d'un