Page:Revue de métaphysique et de morale, supplément 3, 1914.djvu/11

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


part dans la physiocratie et l’école classique anglaise en économie politique. Puis une réaction inévitable s’est déchainée, et la Restauration a suscité toute une philosophie de la Restauration : l’École historique du droit, dont les promoteurs furent Hugo et Savigny (dont M. Tönnies a tort d’ailleurs de faire, p. vu, un catholique : Frédéric-Charles de Savigny, le jurisconsulte, était un protestant, marié à une catholique, et qui laissa élever dans la religion catholique son fils Charles-Frédéric, le diplomate) ; la philosophie du droit de Stahl, dont l’effort est de combattre le contractualisme de Rousseau et l’individualisme révolutionnaire ; la philosophie du droit de Hegel qui renferme une ambiguïté fondamentale que l’histoire de t’école hégélienne manifesta de manière éclatante, Hegel se rapprochant des théoriciens romantiques par sa glorification de l’État prussien de la Restauration et s’en éloignant gravement sur beaucoup de points essentiels.

Après une période de décadence philosophique, les progrès de l’industrie, l’influence française et anglaise ont fait renaître en Allemagne la théorie économique en même temps que naissait la pensée socialiste germanique. La science économique, avec Schmoller, Wagner, Brentano, Schäffle, s’est prononcée contre le matérialisme et l’individualisme manchestérien ; elle est dominée par une conception historiste et évolutioniste de la vie des sociétés. C’est elle qui, en même temps que les recherches ethnologiques des Bachofen et des Morgan, et les ouvrages de Sir Henry Maine et de Gierke sur l’histoire du droit, a exercé sur la pensée sociologique de Tönnies la plus décisive influence. Depuis, Tönnies a tiré le plus grand profit des études d’ethnographie ou d’histoire des institutions de Hearn, de Lyall, de Post, de Maurer, de Harthausen ; parmi les livres auxquels il doit le plus, il n’hésite pas à citer la Cité antique de Fustel de Coulanges, pour lequel l’Allemagne savante s’est montrée à la fois si injuste et si ingrate, et le Zweck im Recht d’Jhering où il voit une renaissance du droit naturel. L’idée même de son livre s’est précisée à lui en lisant l’Ancient Law de Sir Henry Maine où l’évolution des types périodiques du régime du statut à celui du contrat est si nettement formulée. On voit par cette préface quelles multiples influences se sont exercées sur M. Tönnies, et l’on voit aussi qu’il n’a rien fait pour les dissimuler, bien au contraire. Un n’en doit que plus admirer l’originalité puissante avec laquelle il a systématisé tant d’éléments et de matériaux d’origines diverses pour composer une œuvre de haut mérite qui est et qui restera sans doute à bon droit classique.

Philosophische Rechtslehre und Kritik aller positiven Gezetzgebung, par Jacob Friedrich Frius (Hauptwerke der Philosophie in originalgetreuen Neudrucken, vol. II). 1 vol. de 179 p.. Leipzig, Félix Meiner, 1914. — Ce petit livre fait partie d’une collection de réimpressions des chefs-d’œuvre de la philosophie qui reproduisent fidèlement l’aspect extérieur, le format, le papier, les caractères des éditions princeps, La « Théorie Philosophique du Droit » de Fries est certainement l’une des œuvres principales de ce grand penseur et en général de la philosophie postkantienne ; elle est aussi l’une de celles où se marque le plus heureusement l’union d’une rare aptitude spéculative avec des connaissances précises et sur certains points même profondes. L’ambition de Fries parait bien avoir été de faire en philosophe ce que nombre de juristes avaient fait avant lui et devaient faire après lui, une juristische Enzyklopädie. C’est ce que le plan de son livre fait nettement apparaître : après une introduction métaphysique sur la volonté, la liberté, le devoir, la valeur de responsabilité et le droit, on y trouve passées en revue les diverses parties du droit public et privé ; mais la disposition de ces parties et un grand nombre de théories de détail sont absolument originales. Ce livre s’étant que la réimpression d’un ouvrage qui date de plus d’un siècle (1803), nous ne pouvons songer à en donner ici un résumé même très bref ; mais il convient de dire que la philosophie du droit de Fries est fort importante et mériterait toute une étude.

Beitrag sur Klärung des Begriffs der inneren Erfahrung, par Adolf Phalén, docent à l’Université d’Upsala (Upsala Universitets Årsskrift 1913, Filosofi Sprkåvetenskap och Historiska Vetenskaper, 3). 1 vol. in-8° de iv-307 p., Upsala, Akademiska Bokhandeln, 1913. — La notion d’expérience intérieure est certainement l’une des plus obscures que présente la psychologie, et il faut louer M. Phalén d’avoir entrepris de répandre quelque lumière sur cet obscur sujet. Il faut aussi, croyons-nous, le féliciter d’avoir aperçu que cette question présentait un intérêt véritable, principalement au point de vue de la théorie