Page:Revue de métaphysique et de morale, supplément 2, 1909.djvu/23

Cette page n’a pas encore été corrigée


théorèmes de l’Ethique et les théorèmes de la deuxième partie. L’expression de parallélisme est coup sûr une expression inexacte, et sur ce point il faut faut donner raison à M. A. Tumarkin. Mais, d’une part, la doctrine professée par Spinosa dans l’Ethique sur les rapports de la Pensée et de l’Étendue se relie à sa conception de Dieu, et à la façon même dont il démontre Dieu plus encore qu’à ses idées sur le vrai, sur la clarté et la distinction ; d’autre part, beaucoup d’interprètes du spinosisme ont cru, et à bon droit, que l’ « ordo et connexio… » recouvrait un triple sens : méthodologique, métaphysique, psychologique. Il est difficile de souscrire à la conclusion : « Tout est mort. » La pensée de M. A Tumarkin est trop rigide et manque trop de nuances.










Die Enlwmklung des Seelerïbegriffs bei téei Spinoza als Gnmdlagefilr dos VersMnd— H jiis seiner Lehre von Parallelismus der des Mtribute. OTTO Baensch {p. 332-814). La mik fin est dans le n° 4 (p, 456-496), – C’est 456. avec le plus grand sérieux que sont de étudiés ici les principaux textes, de Spi— a u. nosa qui ont rapport à la question. En son particulier, M..O. Baenseh explique très ten nettement les idées exposées dans le Gour.t ̃ n’a Traité sur l’àme, le corps et leurs rap— que ports. : Cette étude consciencieuse conduit Jit l’auteur à des remarques pénétrantes sur gxi : ce qu’il’appelle, d.’un mot impropre, le ent Parallélisme des attributs. M. 0. Baënsch 4’B montre que la pensée s’étend beaucoup ©n plus loin. que l’étendue. On découvrechez lut ! Spinosa, dit-il, deux parallélismes : très con différents un parallélisme métaphysique de et un parallélisme idéal.. Dans l’attribut tou ipensée, il existe quelque chose de plus : q.uè coè iians tout autre attribut. Lapensée est à la cèd îalsêtre et connaissance. M. 0. Baenseh cite la 1 un passage d’une lettre de Tehirnaas à la" j 1 Spinosa (lettre 70) où la. question est net— sce tement posée. Cet aspect du Spinosisme ave avait plusieurs fois déjà été mis ea lu— du ittière. i ! artïcle de M. Baenseh a le grand m : mérite de montrercomment le problème loq général s’éclaire lorsqu’on le relis à la mo question particulière des rapports dé l’ot l’âme » et du corps,.-̃̃-> ̃ y c’es Leone Medif/os Lehre vom Weltall und pet ihr VerhëHnis zu griechuchen. und zeligg— mo nôssigenAnschauung.en.iEfiKBT Aepel(p. 287— 1— Sdè 403), La, fin_est dans le no 4 (p. : 4ô6-498). ̃ : gér r, Grâce à une étude analytique très pré— éitu cise des textes, M. Ernst Appel, débsr— y M. ; mine, dans le détail, les influence subies ter par Leone. Platon surtout a agi sur sa res ̃pensée} et, parmi les modernes, Ficin. phi Voici la conclusion de l’article « Parfois Bei ̃les « ; Dialoghi di Amore de notre phi— scii

losophe surpassent van prôfondéflf des ; g ! |lll œuvres de Fiçinet de Pi© de lit Stiranâole, : : i-l||||| niais, cependant, on peu t •̃ constater : il’in ?.̃ Jailli floence de Eicin sur Leone à p ropos de S|||| toutes les questions philosophiqaesiflipoiv i : V— irlilStantes. » y : y ̃̃’̃y : y : ; |lil|

A niikêJjœhttheofien.XHmm Erich feLMS’̃̃̃" :, 3|||||||||| (pu. SiS-SSî) II est regrettaMeque M. I. Ë. ; y||||| Haas, après avoir indiqué quelles seraient : lii les principales sources pcrar : Uï) ; ëh.îs ; toî : re : de ; i|||| roptiqu e physique et physiologie u dans Ë|||. l’antiquité, se soit borné à étudier les ZmÏ ïlllll théories, philosophiques des anciens sur =111 les rapports existant entre l’objet ëxté— : iy||||| rieur et le sujet sentant. Cet article eon— fl 1111 tient d’ailleurs des endroits fort : inté— ; |||| : fessants. Voir surtout p. 353 sqq.y « ldie ; ; ̃ 11111 Théorie derSehstrali fea ».Voir aussi p., 372 llill un exposé très iiet des critiques adressées 1 j ; i ; ||| dans l’antiquité aux théories clém#cri— yj : j|ih|i| téenne et épicurienne de la vision. ̃̃ : ̃̃̃̃ "̃:llll Heft 4. U W^WJ^DU’Phihs^>Aié^£^^

des flealdit vonEphvsusimZmtmMenhaug’llll mik der Kultivr lonimi. Max Wùkdt (p. 431—; j:ïpil 456. —i— M. Max Wundt croit que la pensée ̃̃>T; |||| de Hegel, suivant laquelle la philosophie a uniqueinetit pour contenu le contenu de « llll son temps, et pour rôle d’amener ce con— : 1 : : i ; i|| tenu à la claire : conscience ; de ce qs’il est, : llill n’a jamais mieux trouvé sa justiflcajioiï L ; ; 11H <piejdans la dpctrlné’d’Héraclited’iEphèse. : llill lit il fait effort pour noas m0ntrer : ga ? i : 1 : IkInII sxîsteMne ; sorted<3 parallélisme jvigoureBX yyigjm entre les thèses, la conception générale 11U « l’Heraclite, et j’ètat de l’Ionie., d’Epbèse = : lll} en particulier, à l’époque où il vivait, : : La : ll : : l ; |j lutte se trouvait partout dans la réaïitéj "lllU comme elle se trouve au principe même : : 1 : 11|| de la philosophie héi’àditéennf.VSous : : rli : i toutes les formes, on pouvait voir les vistaill contraires se succéder l’esclavage sac— il 11111 céder à, la libertéoù la liberté à l’esclaya^, llll] la prospérité àm malheur ou le malheur à.t ; ; |u la’prospérité, M..Max Wùndt remarque à : ï| j

  • ce : prapos que les Eléates sont, d’accord y-ï|

avec Heraclite pour affirmer l’instabilité : : i ; l : ll| du monde sensible. Il fait appel égale— IJi :

ment.au témoignage d’Homère, d’Archi— llll

loque. QuTîéraeHte. ait, surtout comme : ; |1 moraliste, tiré le plus grand parti dé ;.>1U| l’observation de la réalité cçntenaporainà,’5 il c’est : ce qui ne parait guère âoutëuxi ! On s : llll peut même admettre que, les idè : e8 ; da ̃ ali moraliste aient çontrltiué a orienter les : ll|. iidèes du physiologue. Et, d’une façon : É : i| générale, il faut feconnaStre ; que, les J tall : études comnje : tcelle.qu’a entreprise ïi : M. : Max’Wundt offrent la plus grand in^ llill térêt ; il est tout paElicuJièrement, inté— yillB ressant de ne pas séparer les oiU^réç, y : 11 ; 1| philosophiques^ des penseurs gr^csl’de y ; 111| l’enseable ^des œuvres iWttéiraJ ris : : # ; 1 111 sciBntifiqjues iCpntém|>Œaiînes, : Mais —il n’est y il ;