Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/98

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
94
L’HOMME AU CORPS SUBTIL

se faire annoncer, ferma les trois portes de la salle à double tour, serra les trois clefs dans sa poche, et s’avança.

Bouvancourt était à genoux près de la caisse, dans le foin, et le dévisageait d’un air abasourdi.

— « Monsieur, » dit l’inconnu, « que je me présente, au moins ! » Sa voix chantait, douce, aimable, mondaine. « Je suis Morand… Vous savez… la bande à Morand ! »

Bouvancourt sauta sur ses jambes, non seulement troublé d’être à la merci du coquin, mais encore stupéfait de lui voir les traits d’un potache de bonne famille et de reconnaître en ce bandit gracieux, débarrassé de son déguisement, le facteur qui l’avait bousculé tantôt.

— « N’ayez pas peur ! » vocalisa l’intrus dans un rire perlé, si féminin, si puéril, que mon ami flaira subterfuge et mystification. « N’ayez crainte ! Je ne vous ferai pas de mal !… »

— « Quoi ! ce serait vous Morand ? Vous qui avez fait assommer le garçon de recette du Crédit Foncier ? Vous l’auteur du sextuple