Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
55
LA CANTATRICE

— « Eh bien, alors, écoutez : vous pouvez me rendre un fier service !… »

— « Allez ! allez ! »

— «… Si vous… » Il me fixa sévèrement, et, satisfait de mon maintien, reprit sur le mode confidentiel, — un peu gêné peut-être : « Si vous apercevez dans les environs un homme qui vous ressemble comme votre reflet, dites-le-moi subito. »

Je feignis d’accepter la mission.

— « Un homme avec une grande barbe blanche ? Très vieux ? »

— « Plutôt ! » gouailla Borelli dans un sourire amer.

— « Son costume ? »

Il parut perplexe.

— « Son costume ?… Ma foi… Pas très à la mode, sans doute. Baroque, il y a des chances. Ah ! dites donc : vous tâcherez de voir son front. Son front doit porter la marque d’une… d’un chapeau trop dur et longtemps coiffé… Tout à l’heure, quand vous vous êtes découvert, j’ai reconnu par là que vous n’étiez pas lui… Mais c’est surtout la barbe qui vous l’indiquera. »