Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/50

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
46
LA CANTATRICE

un détail. Sa diction, déjà, ne laisse rien à désirer. Mon cher, présentez-moi. Vite. Je me charge du reste. »

— « Tenez ! La voilà qui s’en va !… La voilà qui passe au bout du corridor avec son mari. Eh bien, venez-vous ?… »

Un couple venait de déboucher dans le couloir par une porte latérale et, nous tournant le dos, s’éloignait. Je les entrevis quelques secondes, avant le coin du fond, lui : stature imposante enveloppée de sombre, — elle : pauvre forme imprécise étayée de deux béquilles qui lui remontaient les épaules en cadence et la cognaient aux aisselles à chaque branle.

La cantatrice nonpareille était infirme !

J’en ressentis une déception cruelle, dont la violence m’étonna quand je revins de ma stupeur.

Les Borelli s’en étaient allés. Gunsbourg attendait.

— « Qu’importe ! » m’écriai-je enfin dans l’ardeur de mon enthousiasme. « Il n’y a point de boiterie qui tienne ! Après l’avoir auditionnée, tous les compositeurs la vou-