Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/276

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
272
LA GLOIRE DU COMACCHIO

Baccio l’enlaça désespérément. Malgré son étreinte, une jambe fut coupée net, comme une jambe véritable qu’on eût tranchée d’un coup de hache. Et Baccio n’avait rien senti, rien vu, rien empêché !

Maintenant, la destruction s’acharnait au bas-ventre avec une fureur érotique.

— « Il y a de la magie là-dessous ! » fit le cardinal. Et s’étant signé, il prononça des formules d’exorcisme.

Maintenant, la gorge d’Andromède subissait affront sur affront.

— « Le bargello ! » s’écria le duc passablement égaré. « Qu’il vienne ! Justice ! Justice ! Hannibale ! Lapo ! »

Les spadassins se présentèrent. Hannibale était blême et Lapo tremblait.

— « Courez chercher le bargello ! »

Pendant qu’ils tâchaient d’obéir, soudainement on ne s’entendit plus, à cause de la foule infatigable qui reprenait :

— « L’Andromède ! L’Andromède ! Baccio ! »

Des milliers de cris soufflaient en bourrasque. Une tempête redoutable exigeait la statue et le statuaire.