Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/272

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
268
LA GLOIRE DU COMACCHIO

Les fumées de la gloire montaient…

Cependant le majordome Ernando, prenant son air le plus confidentiel, s’en vint chuchoter quelque information dans le cou de son maître.

Baccio lui fit face comme un automate violent :

— « Elle était partie ?… déjà partie ?… Et le coureur ne l’a pas rencontrée ?… Alors, elle devrait être ici !… — Pardon, Monseigneur… Je ne sais… Chiarina devrait être au milieu de nous… Permettez-moi de m’enquérir… »

Assailli de pressentiments, il avait quitté sa chaire sans plus attendre.

— « Un flambeau ! »

La foule redoublait d’impatience. Au fond du vestibule, des poings allègres martelaient la grand’porte, et le heurtoir frappait en cadence, parmi les chansons d’atelier.

— « C’est ce rassemblement qui l’empêche d’entrer ! » dit Faliero Belli.

— « Gageons plutôt qu’elle est dans le palais », aventura le duc, « et qu’elle n’ose se présenter devant nous ! »