Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
19
M. D’OUTREMORT

chasse. Il y employait tous les instants qu’il ne remâchait pas son dégoût de la démocratie gouvernementale et son regret des Rois. Ses gardes, choisis comme des pugilistes, se montraient durs aux maraudeurs ; ils en avaient l’ordre, sous peine de renvoi. Leur maître passait sur les braconniers sa fureur d’aristocrate contre la racaille triomphante. — Un soir, il y a quinze ans, le louvetier fut trouvé raide mort au coin d’un bois, le sein criblé de chevrotines.

Je pris part à la cérémonie de ses obsèques. Nous le déposâmes non loin de l’ambassadeur et de la chanoinesse, au milieu d’une quantité d’ancêtres, dans la crypte qui s’arrondit sous la chapelle du manoir.

Savinien supporta de travers ce nouveau coup du sort. Il mit tout en œuvre pour venger la mémoire de l’assassiné. Faute de preuves, cependant, voici les assassins lâchés ; et mon ami de tourner à l’hypocondre. À dater de cette affaire, il se claquemure dans Outremort, et jamais plus on ne l’en voit sortir. Il cesse dès lors toute participation active au mouvement scientifique ; du moins,