Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/221

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
217
LA GLOIRE DU COMACCHIO

le dragon ? cela se peut. Est-ce une Eve au serpent malin ? cela se peut aussi. — Je préfère l’envoi de Tribolo, bien qu’il puisse s’intituler Courtisane appuyée au mur céramique. Vague portrait d’Impéria, sa maîtresse du jour. Ivoire et marbre polychrome, cabochons, métaux niellés. La roche est de porphyre, les chaînettes d’argent (des bracelets !). L’héroïne porte une ferronnière ! Jolie pièce montée que l’on dirait mangeable. Vous n’en donneriez pas deux quattrini. »

Cesare ne put s’empêcher de rire.

— « Que t’avais-je dit ? Tu vois bien ! Je n’ai rien à craindre d’un maçon et d’un orfèvre ! »

— « Messer, vous avez prononcé le mot terrible : orfèvre. Aujourd’hui ces gens-là sont maîtres de la mode. »

Le statuaire le saisit au poignet :

— « Veux-tu prétendre que Tribolo seul, parce qu’il est orfèvre… »

— « Non ! — Seigneur, lâchez-moi, vous me faites mal ! — Non. De son Andromède à la vôtre la distance est trop visible. On ne peut s’y tromper. Celle-ci prévaudra, bien qu’elle