Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/219

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
215
LA GLOIRE DU COMACCHIO

— « Et puis, dites, Messer, vous aviez à coup sûr un modèle incomparable. Qui vous a posé cela ? Oh ! oh ! mais, il me semble… N’est-ce point Monna Chiarina ?… Par le Tout-Puissant ! votre femme vous est revenue, mon bon monsieur ? Loué soit l’Éternel ! »

Sur le coup, le sang de Cesare lui parut bouillonner. Cependant, le Juif n’avait pas l’air moqueur, et c’était un sire à ménager. Le sculpteur se contint, baissa le front, et dit, les yeux fixés sur la pointe de ses mules :

— « Comprends-tu que c’est Elle sans que ce soit elle ? Comprends-tu que si je l’avais eue, là, devant moi, réellement, ma statue serait moins vraie d’être trop vraie ?… Je l’ai modelée d’après ces études d’autrefois. Tiens, regarde. »

Il empoigna dos cartons bourrés d’esquisses, et fit un étalage de sanguines, de fusains, de mines d’argent et de dessins à la plume représentant la même adorable fille dans toutes les postures de la grâce.

— « Maintenant, retourne à la statue. Vois : son visage n’est pas celui du modèle impassible. Tous mes désespoirs s’y reflètent ! »