Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/217

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
213
LA GLOIRE DU COMACCHIO

— « Si je les tiens, corps du Christ !… Non ! Mais je les tiendrai quand il faudra, et d’autres encore qui ne tomberont pas dans ton escarcelle ! Je les aurai, tes ducatissimes ! Tu le sais autant que moi, vilain crocodile ! Tu sais bien pourquoi je t’ai demandé de l’argent l’année dernière. Pour les frais de ma statue. J’en voulais davantage, souhaitant qu’elle fût de marbre. Tu ne m’as consenti que la valeur d’un plâtre. Mais, foin !… Et tu sais pareillement que si j’ai fixé l’échéance à demain, c’est que j’étais sûr de vaincre ce jour-là. C’est que demain mon bloc de mortier sera le point de mire de l’univers ! C’est enfin que j’aurai touché les deux mille florins du prix — et sans doute quelque avance sur ma pension. »

— « Oh ! Messer, si vous êtes sculpteur de Son Altesse, j’attendrai ! »

— « Si je suis… En doutes-tu, vieux bouc ? Ne vois-tu pas mon Andromède ? Ou te déplairait-elle ? »

L’œil rouge sembla pétiller, le feu monta aux pommettes du Juif. Il répondit, hum-