Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
186
LE BROUILLARD DU 26 OCTOBRE

— « Sentez-vous au moins de votre chronomètre ! » lui dis-je. « Prenez les temps. Quelle heure est-il ? »

— « Cinq heures cinq. »

— « Rentrez ça ! » m’écriai-je. « Ça les excite ! ça brille ! Rentrez votre montre ! Ils vont vous faire un mauvais parti… Remettez… »

Du sombre et du lourd tomba sur nous. Je fis un écart. Une patte de poils et d’ongles s’abattait sur la main qui tenait la montre vermeille… À terre, couvrant le corps disparu de Fleury-Moor, un pithécanthrope luttait, les ailes plissées, abject comme un diable de Callot. La brute, agitée de soubresauts, m’offrait sa nuque évidée sous l’occiput… J’épaulai, je tirai…

Cette fois, le coup produisit un vacarme de foudre. Une épaisse fumée m’entourait, souillant à l’improviste le soleil immémorial. Cela fut suivi de silence et de froid.

La fumée ne s’en allait pas…

Elle ne pouvait pas s’en aller, puisqu’elle était le brouillard réapparu. La déflagration de ma poudre avait ébranlé sa lourdeur