Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/188

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
184
LE BROUILLARD DU 26 OCTOBRE

de ne plus s’en servir ! L’évolution l’a puni de sa paresse ! comme les pingouins ! Ah ! ah ! efforçons-nous de retenir tout ce que nous pourrons. »

— « Oui, c’est entendu. Vous ressassez toujours la même chose ! »

Les pithécanthropes — disons mieux, puisqu’ils avaient des ailes : les ptéropithécanthropes — se contentaient pour le moment de nous tenir en observation. Nous étions le point de mire de tous les regards, ce qui n’allait pas sans m’intimider. Par surcroît, le tumulte incessant, le hourvari des clameurs, le claquement des ailes membraneuses engendraient un vertige de l’œil et du tympan. Je me raidissais contre une faiblesse d’origine exclusivement physique, ou peu s’en faut. Toute ma vie s’employait à combattre mes paupières qui voulaient se fermer. J’attendais avidement la fm du prodige. — Fleury-Moor, lui, pensait tout haut dans le mirage. Afin de mieux se souvenir de ce qu’il avait remarqué, l’incomparable savant prenait des notes verbales. Je l’entendrai toujours enregistrer :

— « Face négroïde. — Prognathe. — Aucune