Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/177

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
173
LE BROUILLARD DU 26 OCTOBRE

matismes !… Ha ! ha ! des rhumatismes, Fleury-Moor ! L’homm-singe rhumatisant ! ha ! ha ! Passe encore pour l’homme primitif des cavernes glaciaires ; mais l’homme-singe du pliocène tropical ! ha ! ha ! laissez-moi rire ! »

— « Il n’y a rien là de risible », gronda le géologue, « et les ossements de Java sont des ossements de pithécanthrope. Au reste, pourquoi les hypertrophies de l’os fémur ne seraient-elles pas des lésions mécaniques, suites d’un accident ? des fractures ressoudées ? On l’a dit ; vous le savez aussi bien que moi… Et puis, assez, voulez-vous ? C’est agaçant. »

Il regardait la terre, et moi la mer.

— « Voici les oiseaux revenus », annonçai-je. « Ils pèchent là-bas. On dirait que leur plumage est blanc, ou bien c’est un effet de la distance et du soleil… Ce sont des goélands formidables. »

— « J’aurais tant aimé savoir ce qu’ils sont ! » rabâcha Fleury-Moor. « Mais il faut y renoncer. Ne perdons pas un temps précieux et tâchons au moins de reconnaître ce que