Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
151
LE BROUILLARD DU 26 OCTOBRE

que ce sont là des plantes équatoriales… Mais… Voilà des nopals… un baobab… Et pourtant… »

— « Quoi ? »

— « Mon Dieu ! FLeury, ce… cet éventail de palmes, en roue de paon, là, qui transparaît dans la brume… Vous le reconnaissez ? »

— « Ho ! ce n’est pas possible ! Un dichot… le dichotome du Cap… ou de Madagascar… »

— « Oui : la flabellaria Lamanonis ! Du Cap, de Madagascar, ou de L’époque tertiaire ! »

— « De l’époque tertiaire ? Qu’est-ce que vous dites ? »

— « Ouvrez les yeux ! Regardez ces fougères arborescentes, près des aloès… »

— « Ce sont des osmondes. Des osmondes… de Ceylan… »

— < « Eh bien, non ! C’est une espèce éteinte ! »

— « Vous êtes sûr ?… Ah ! mais oui ! voyez, voyez : ce palmier ! le palmier-parasol !… Et quoi encore ? Des lauriers-roses… avec des camphriers… Du myrte… Un bouleau ! »

— « Des ceps de vigne ! Un rouvre ! Des noyers ! »