Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/15

Cette page a été validée par deux contributeurs.



UN GENTILHOMME PHYSICIEN


M. D’OUTREMORT


Extrait des « Souvenirs » de M. de la Commandière à la date du 15 juillet 1911.



Les journaux du matin ne se privent pas d’épiloguer sur un drame étonnant qui s’est passé hier et dont j’ai fort bien connu le héros, un certain marquis Savinien d’Outremort.

Il fut mon condisciple à l’École Polytechnique, où je l’aperçus pour la première fois de ma vie. Nous nous liâmes d’amitié avec assez de promptitude, poussés en ceci par notre commune gentilhommerie, qui n’était pas dans les titres et les noms, comme il arrivait déjà trop souvent, mais dans les croyances, l’air et le sang.

Aussi bien, je crois avoir été le seul ami de M. d’Outremort. Le nom sépulcral qu’il porte