Page:Renard - Outremort et autres histoires singulières, Louis-Michaud, 1913.djvu/123

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
119
L’HOMME AU CORPS SUBTIL

centre de la Terre, plongeant, coulant à pic au sein du gouffre épais… Il a traversé d’abord le plancher, puis la machine à coudre d’une ménagère qui s’évanouit à la vue de ce prodige indistinct, puis, sans même la souffler, la chandelle d’un tonnelier qui lavait des bouteilles dans ma cave… Ensuite il a franchi les couches géologiques… sans pouvoir se raccrocher nulle part, aussi désarmé contre l’ambiance, lui l’homme éthéré tombant dans un milieu solide, qu’un homme banal précipité dans l’atmosphère… »

— « Enfin, qu’est-ce qu’il est devenu ? » demanda ma femme passionnément.

— « S’il existe un feu intérieur, son compte est bon ! » proféra Bouvancourt. « Sinon, je ne doute pas qu’il ait été asphyxié pendant cette plongée, cette inhumation qui tient de l’immersion… Pas d’air à respirer là-dessous ! »

— « Dans ce cas, » repris-je, « son cadavre serait juste au centre de la Terre ? »

— « Je ne crois pas. Je suis même sûr qu’il n’y est pas en ce moment où je parle ; ou s’il y est, c’est qu’il y passe seulement. Vous